Page:Dessaulles - La guerre américaine, son origine et ses vraies causes, 1865.djvu/302

Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 304 —

donnent les officiers de la loi, est un abus criant…

…Le fait est, dit le Rév. Laurel R. Goodwin, page 246 de son excellent ouvrage en réponse à l’évêque Hopkins, « Le fait est qu’à Cuba ainsi que dans les états du Sud on tue chaque année, par l’excès du travail, plus de noirs que les nègres n’ont tué de blancs dans les terribles massacres de St.-Domingue ! »

L’habitude du despotisme faisait que toute résistance de l’esclave à un ordre quelconque, quelqu’injuste, quelqu’impraticable même qu’il pût être, était cruellement punie. Un homme ivre donnait un ordre quelquefois inexécutable ou éminemment dangereux ; si l’esclave hésitait, le maître ordonnait le fouet ; et si l’esclave réclamait, eh bien, la dose était doublée, et s’il résistait, sa vie y passait.

J’ai pris, il y a six ou sept ans, aux États-Unis, l’extrait suivant d’un article de journal publié à Savannah, Géorgie,

« Nous sommes chagrins d’appeler aussi l’attention sur un autre fait commis par un citoyen de cette ville, qui nous paraît un peu dépasser les bornes de la sévérité. Nous