Page:Dessaulles - La guerre américaine, son origine et ses vraies causes, 1865.djvu/283

Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 285 —

Tout ceci est irréprochable, mais voyez la dernière phrase et les horreurs qu’elles indique clairement, qu’elle inspire nécessairement, et dont elle est en même temps une preuve péremptoire.

« Souvenez-vous donc que la prime est maintenant en jeu et que c’est le plus long bâton qui abat le plus de fruits, Fouettez ! Fouettez ! ! Hourra ! ! » [1].

Ceci prouve-t-il, oui ou non, que le moyen ordinaire, universellement admis, pour faire travailler les esclaves était le fouet ? peut-on voir autre chose, dans cet infâme avertissement, que le sentiment de l’inhumanité la plus révoltante ? Fouettez ! Fouettez ! et pourquoi ? Pour gagner une montre ! !

Mais il y avait nombre de cas où l’intérêt même de l’occupant d’une plantation devait le porter à faire travailler les esclaves outre mesure ; comme par exemple quand la plantation était louée pour une ou plusieurs années. Alors l’occupant n’avait plus d’autre intérêt que celui d’obtenir de la plantation absolument tout ce qu’elle était susceptible de produire.

  1. Suppressed book about slavery, page 211.