Page:Dessaulles - La guerre américaine, son origine et ses vraies causes, 1865.djvu/273

Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 275 —

sévissait dans un cas sur soixante ou quatre-vingt. Ainsi, un meurtrier avait toujours au moins 59 chances sur soixante d’échapper à la loi.

Clark ne fut donc pas puni :

l° Parce qu’il n’avait fait qu’assassiner un esclave :

2° Parce qu’il n’avait fait qu’en déchiqueter une autre avec 50 coups de couteau :

3° Parce qu’il n’avait fait que fouetter sa femme et la déchiqueter aussi avec un couteau mais sans la tuer. Et ce misérable est resté libre, preuve vivante de la manière dont la chevalerie du Sud entendait l’honneur, l’humanité et le bon sens ! !

Voici donc un grand criminel qui échappe à toute punition ; mais aussi, il n’avait tué qu’un esclave et déchiqueté deux femmes, l’une noire l’autre blanche.

Veuillez remarquer que ma prétention n’est pas qu’un pareil maniaque ne pouvait se trouver qu’au Sud, il y a partout des gens féroces et des caractères infâmes, mais dans quel autre pays la loi et les tribunaux eussent-ils fermé les yeux sur d’aussi effroyables crimes ? Voilà le côté particulier de l’institution que je veux élucider : l’encouragement donné