Page:Dessaulles - La guerre américaine, son origine et ses vraies causes, 1865.djvu/265

Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 267 —

juré de punir de quelques paroles insultantes. Sans dire un seul mot, il se précipite avec un poignard sur son beau-frère, et lui fait quatre ou cinq blessures mortelles avant de s’apercevoir qu’il a pris un homme pour un autre. Le beau-frère, homme honnête et paisible, en mourut.

Eh bien, personne ne songea à inquiéter le meurtrier ! ! Le pauvre malheureux s’était un peu trop fâché ! ! Quel si grand mal après tout !

Il faut excuser bien des choses avec des gens ivres et colères ! !

Et le rédacteur du journal ajoutait avec la plus charmante bonhomie : « Il faut avouer que nos mœurs deviennent un peu brutales, car cet homme méritait punition après tout. »

Voila toute l’indignation que l’excellent homme éprouve ! !

Eh bien, voyons, mettant de côté tout préjugé, croyez-vous que la notion de l’intérêt qui, disent les défenseurs de l’esclavage, devait suffire à empêcher les maîtres d’esclaves de les maltraiter, croyez-vous que cette considération dût avoir bien du poids sur des gens habituellement sous l’influence des