Page:Dessaulles - La guerre américaine, son origine et ses vraies causes, 1865.djvu/205

Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 207 —

soin pourtant, mais auxquelles ce spectacle ne causait pas la plus légère émotion. Loin de là elles riaient à qui mieux mieux des pleurs des pauvres nègres.

« Regardez donc » dit tout à coup une des jeunes Miss. « regardez donc ces nègres. Quel tapage ils font ! Comme si des nègres s’occupaient le moindrement de leurs enfants ! Regardez donc Cuffey embrasser Dinah ! Comme ils y vont ! ! Et pourtant il aura peut-être une autre femme dans huit jours ! ! »

Je vous le demande maintenant. Comment peut-on attacher la moindre importance à ce que nous disent les gens du Sud sur l’esclavage aux justifications qu’il nous en offrent, aux assurances qu’ils nous donnent de l’humanité des maîtres, quand toutes les notions d’humanité, de bonté d’âme, de pudeur, de vertu, de charité, de sympathie pour le nègre étaient complètement perverties chez eux ? Cette jeune Miss qui se moquait si impitoyablement du désespoir des nègres auxquels on arrachait leurs enfants n’est pas une exception au Sud. Elle est au contraire la personnification vraie de cette société aveuglée, coupa-