Page:Dessaulles - La guerre américaine, son origine et ses vraies causes, 1865.djvu/115

Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 117 —

tales et absolues ; car, par la nature même des choses, l’esclave est l’objet du despotisme. Le maître peut, dans sa discrétion infliger aucune espèce de correction physique à son esclave. »

Quelle est la conséquence inévitable de ces atroces principes ?

La voici.

Les gens naturellement exigeants, les maîtres impérieux et durs, sachant que l’esclave ne peut avoir aucun recours légal, est sous leur domination absolue, abusent très souvent de cette puissance illimitée, discrétionnaire, et conséquemment illogique et déraisonnable, que la loi leur accorde sur leur esclave. Le maître n’a aucun motif de réprimer son caractère, il sait qu’il peut s’abandonner à la fougue de sa colère ou de sa passion sans être exposé à la plus légère rétribution légale, et rien ne l’engage où ne le force à se contrôler lui-même !

Peu à peu les moindres peccadilles d’un esclave deviennent des crimes ; les moindres hésitations des actes d’insubordination ! L’habitude de l’absolutisme personnel rend le maître cruel et il devient sourd à toute considération d’indulgence ou de sym-