Page:Desrosiers - Les Engagés du Grand Portage, 1946.djvu/12

Cette page a été validée par deux contributeurs.

LISTE DES MOTS EMPLOYÉS DANS LE COMMERCE DES FOURRURES AU CANADA



Bouts (Les) : le timonier ou gouvernail à l’arrière du canot ; le premier rameur, le brigadier ou contremaître à l’avant.

Brigade : plusieurs canots qui naviguent de conserve.

Boisson (Une) : temps pendant lequel les Indiens consommaient les liqueurs alcooliques apportées par les blancs.

Chantiers ou déserts : les factoreries, les postes de traite.

Dérouine : probablement un vieux mot français. Expédition d’un ou de plusieurs voyageurs auprès d’une tribu indienne pour échanger sur place les pelleteries qui viennent d’être récoltées contre des marchandises.

Guide : le chef de plusieurs canots ou d’une brigade de canots. Il connaît d’une façon particulière le pays ou le cours d’eau à traverser.

Gouvernail (Le) : personne qui remplit le rôle de timonier à l’arrière du canot.

Milieux (Les) : tous les rameurs du canot à l’exception du timonier à l’arrière et du premier rameur à l’avant.

Pelus : unité monétaire du commerce des fourrures à l’époque. Valait une peau de castor.

Régale : cadeau donné au voyageur le jour de la signature de son engagement.

Traversée : traversée d’une baie, d’un cap à l’autre, sans suivre le rivage.

Travails : perches attachées de chaque côté d’un cheval et dont les extrémités qui traînent sur le sol sont reliées entre elles par des courroies qui supportent des marchandises.

Voyageurs : les employés des compagnies pelletières qui s’engageaient à conduire les canots et à vivre dans les factoreries éloignées de la civilisation.