Ouvrir le menu principal

Page:Des Essarts - Les Voyages de l’esprit, 1869.djvu/259

Cette page n’a pas encore été corrigée


languit à demi morte. Lequel vaut mieux ? Je le demande hardiment. Je répondrais pour mon compte en modifiant la phrase de Tacite : « J’aime mieux les périls de la tristesse que les lâchetés de la joie ! »