Page:De Forges, de Leuven, Roch - L'alcôve.pdf/38

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



SAUVAGEOT.

Et puis, c’est une fameuse farce… Là !.. devant le sergent… (Il rit.) Dors, malheureux, dors, tu ne te doutes pas qu’on va te frustrer du plus bel homme de ton contingent… au fait ça sera bientôt bâclé.. Le contrat et le registre, tout est prêt, il n’y a plus qu’à signer.. (Présentant la plume à Marielle.)

AIR du Siège du Corinthe.
––––A vous d’abord, ma gentille future,
––––Veuillez, veuillez, sur ce registre là
––––––Apposer votre signature.

MARIELLE, à part.
––––Ah, mon malheur ici s’accomplira.

SAUVAGEOT, lui prenant la main et lui indiquant la place où elle doit signer.

Ici… ici… ah ! grand dieu ! Qu’ai-je vu !.. la bague du doigt de la main de la femme de l’alcôve !..

ENSEMBLE.
––––––O trahison, ô perfidie,
––––––Redoutez mes transports jaloux,
––––––Ma confiance fut trahie,
––––––Je n’écoute que mon courroux.

MARIELLE.
––––––Ecoutez moi, je vous en prie,
––––––Réprimez ces transports jaloux,.
––––––Vot’confianc’n’est pas trahie,
––––––Calmez cet injuste courroux.

LA MÈRE FLOUQUET, LES AMIS.
––––––Pourquoi, pourquoi cette furie ?…
––––––D’où viennent ces transports jaloux ?…
––––––Ecoutez-nous, je vous en prie,
––––––Calmez un injuste courroux.

SAUVAGEOT, furieux se trouve près de Raymond et frappe sur le fauteuil.

Non !.. non !.. c’est une infamie !..


RAYMOND, qui s’est réveillé en sursaut.

Hein !.. qu’est-ce que c’est ?..


SAUVAGEOT, de même.

Plus de contrat !.. plus de mariage !..


RAYMOND.

Qu’est-ce que tu dis.. plus de mariage ?..


SAUVAGEOT.

Tenez, le v’là son complice !.. séducteur !.. suborneur !… Vois-tu ce que j’en fais du contrat !.. (Il le déchire avec rage.)


RAYMOND.

Ah ! ça, voyons, entendons-nous… vous n’êtes donc pas mariés ?…