Page:De Forges, de Leuven, Roch - L'alcôve.pdf/24

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


(Sauvageot sort par la gauche, la mère Flouquet entre dans la chambre à droite.)


Scène IX.

MARIELLE, seule, elle va prendre une chandelle allumée dans la coulisse à gauche et la place sur la table.


Ce soir…il n’y aura plus à s’en dédire… Maisil le faut… (On entend le vent et la pluie.) Quel temps !… Pauvre monsieur Raymond !… dire qu’il est en route à l’heure qu’il est,.. (Elle prend un rouet et se met d travailler.) Monsieur Raymond… voilà un bon et loyal militaire… Et monsieur Anatole… s’il était vrai qu’il se fût exposé… c’est qu’il aime tant sa mère… (On entend le tonnerre.)

Air : Il était trois Chasseurs.
––––––––Ah ! mon cœur en frémit
––––––––Car un arrêt sévère
––––––––Lancé contre mon frère
––––––––De France le bannit…
––––––––En vain sa pauvre mère
––––––––L’appelle, il est proscrit !
––––––––Hélas ! il est proscrit !… (bis).
DEUXIÈME COUPLET.
––––––––L’orage retentit…
––––––––O ciel : en toi j’espère ;
––––––––Apaise ta colère,
––––––––Toi que mon cœur bénit,
––––––––Rends un fils à sa mère
––––––––Et sauve le proscrit. (bis) [1].

(On entend un grand coup de tonnerre, la fenêtre s’ouvre et Anatole parait.)


Scène X.

MARIELLE, ANATOLE.



ANATOLE, à la fenêtre en dehors.

Marielle…


MARIELLE, effrayée.

Qui m’appelle ?…


ANATOLE, s’élangant dans la chambre.

Marielle !…


MARIELLE.

Grand dieu ! qui êtes-vous ?

  1. Ces deux couplets doivent se chanter en filant avec un rouet qu’on fait aller sur la ritournelle.