Ouvrir le menu principal

Page:Daudet - La Belle-Nivernaise, 1886.djvu/72

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


C’était toujours Victor qui portait le panier et les livres.

Il se battait vaillamment pour défendre le goûter contre l’appétit sans scrupules des jeunes Morvandiaux.

Il n’avait pas moins de courage au travail qu’à la bataille, et, bien qu’il ne suivit l’école qu’en hiver, quand on ne naviguait pas, il en savait plus, à son retour, que les petits paysans, lourds et bruyants comme leurs sabots, qui bâillaient douze mois de suite sur l’abécédaire.


Image 12 - Chapitre III


Victor et Clara revenaient de l’école par la forêt.

Les deux enfants s’amusaient à regarder les bûcherons saper les arbres.

Comme Victor était léger et adroit, on le faisait grimper à la cime des sapins pour attacher la corde qui sert à les abattre. Il paraissait plus petit à mesure qu’il montait, et quand il arrivait en haut, Clara avait très peur.