Ouvrir le menu principal

Page:Daudet - La Belle-Nivernaise, 1886.djvu/23

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


« François n’est pas un aigle », comme dit ma femme.

Il n’avait jamais été si éloquent.

Il se sentait la langue déliée, l’assurance d’un homme qui vient de faire un bon marché et qui a bu une bouteille de vin blanc.

— Votre profession ?

— Marinier, monsieur le commissaire, patron de la Belle-Nivernaise, un rude bateau, monté par un équipage un peu chouette. Ah ! ah ! fameux, mon équipage !… Demandez plutôt aux éclusiers depuis le pont Marie jusqu’à Clamecy… Connaissez-vous ça, Clamecy, monsieur le commissaire ? »

Les gens souriaient autour de lui, le père Louveau continua, bredouillant, avalant les syllabes.

— Un joli endroit, Clamecy, allez ! Boisé du haut en bas ; du beau bois, du bois ouvrable ; tous les menuisiers savent ça… C’est là que j’achète mes coupes. Hé ! hé ! je suis renommé pour mes coupes. J’ai le coup d’œil, quoi ! Ce n’est pas que je sois fort ; — bien sûr je ne suis pas un aigle, comme dit ma femme ; — mais enfin, j’ai le coup d’œil… Ainsi, tenez, je prends un arbre, gros comme vous, — sauf votre respect, monsieur le commissaire, — je l’entoure avec une corde, comme ça… »

Il avait empoigné l’agent, et l’entortillait avec une ficelle qu’il venait de tirer de sa poche.