Page:Daubié - L'émancipation de la femme, 1871.pdf/141

Cette page a été validée par deux contributeurs.
142
L’ÉMANCIPATION DE LA FEMME

serions, pas réduites à dire avec la comtesse des Plaideurs :

… Tous mes procès allaient être finis ;
Il ne m’en restait plus que quatre ou cinq petits.

Tout cas échéant, cette question nous servira à prendre la mesure du libéralisme de nos fonctionnaires et à nous faire connaître si la volonté arbitraire de l’homme reste sous la République, comme sous la monarchie et l’empire, la règle de la justice et de la jurisprudence. Si nous devions être éconduites par une menteuse démocratie, impuissante à nous donner la liberté sous la loi, je dirais aux femmes : « Abêtissez et corrompez les hommes ; c’est votre seul droit ; c’est par conséquent votre unique devoir social. » Espérons donc en l’avenir.



LE VOTE DES FEMMES EN ANGLETERRE[1]


DISCOURS DE M. CHARLES DILKE MEMBRE DU PARLEMENT.


Madame la présidente, Mesdames et Messieurs,

Je ne puis m’empêcher de penser avec mon ami M. Bright que notre position est aujourd’hui plutôt celle d’auditeurs que d’orateurs. Nous sommes venus ici pour accomplir un devoir, et, comme une portion de notre tâche de faire progresser la question cette année, pour écouter si nous pouvons recueillir des arguments nouveaux et plus puissants pour appuyer les conclusions auxquelles nous sommes arrivés ; si, d’un autre côté, nous pouvons entendre quelque écho des arguments employés contre nous au dehors et dans la presse. Je

  1. Rapport d’un meeting tenu à Londres par la société nationale pour le suffrage des femmes.