Page:Darwin - L’Origine des espèces (1906).djvu/81

Cette page a été validée par deux contributeurs.
  analogie des espèces et des variétés. 63

donc, les espèces des genres riches ressemblent aux variétés plus que les espèces des genres pauvres. En d’autres termes, on peut dire que, chez les genres riches où se produisent actuellement un nombre de variétés, ou espèces naissantes, plus grand que la moyenne, beaucoup d’espèces déjà produites ressemblent encore aux variétés, car elles diffèrent moins les unes des autres qu’il n’est ordinaire.

En outre, les espèces des genres riches offrent entre elles les mêmes rapports que ceux que l’on constate entre les variétés d’une même espèce. Aucun naturaliste n’oserait soutenir que toutes les espèces d’un genre sont également distinctes les unes des autres ; on peut ordinairement les diviser en sous-genres, en sections, ou en groupes inférieurs. Comme Fries l’a si bien fait remarquer, certains petits groupes d’espèces se réunissent ordinairement comme des satellites autour d’autres espèces. Or, que sont les variétés, sinon des groupes d’organismes inégalement apparentés les uns aux autres et réunis autour de certaines formes, c’est-à-dire autour des espèces types ? Il y a, sans doute, une différence importante entre les variétés et les espèces, c’est-à-dire que la somme des différences existant entre les variétés comparées les unes avec les autres, ou avec l’espèce type, est beaucoup moindre que la somme des différences existant entre les espèces du même genre. Mais, quand nous en viendrons à discuter le principe de la divergence des caractères, nous trouverons l’explication de ce fait, et nous verrons aussi comment il se fait que les petites différences entre les variétés tendent à s’accroître et à atteindre graduellement le niveau des différences plus grandes qui caractérisent les espèces.

Encore un point digne d’attention. Les variétés ont généralement une distribution fort restreinte ; c’est presque une banalité que cette assertion, car si une variété avait une distribution plus grande que celle de l’espèce qu’on lui attribue comme souche, leur dénomination aurait été réciproquement inverse. Mais il y a raison de croire que les espèces très voisines d’autres espèces, et qui sous ce rapport ressemblent à des variétés, offrent souvent aussi une distribution limitée. Ainsi, par exemple, M. H.-C. Watson a bien voulu m’indiquer, dans l’excellent Catalogue des plantes de Londres (4e édition), soixante-trois