Page:Darwin - L’Origine des espèces (1906).djvu/75

Cette page a été validée par deux contributeurs.
  espèces douteuses. 57

n’a pas réussi davantage à tracer une ligne de démarcation entre les sous-espèces et les variétés fortement accusées, ou entre les variétés à peine sensibles et les différences individuelles. Ces différences se fondent l’une dans l’autre par des degrés insensibles, constituant une véritable série ; or, la notion de série implique l’idée d’une transformation réelle.

Aussi, bien que les différences individuelles offrent peu d’intérêt aux naturalistes classificateurs, je considère qu’elles ont la plus haute importance en ce qu’elles constituent les premiers degrés vers ces variétés si légères qu’on croit devoir à peine les signaler dans les ouvrages sur l’histoire naturelle. Je crois que les variétés un peu plus prononcées, un peu plus persistantes, conduisent à d’autres variétés plus prononcées et plus persistantes encore ; ces dernières amènent la sous-espèce, puis enfin l’espèce. Le passage d’un degré de différence à un autre peut, dans bien des cas, résulter simplement de la nature de l’organisme et des différentes conditions physiques auxquelles il a été longtemps exposé. Mais le passage d’un degré de différence à un autre, quand il s’agit de caractères d’adaptation plus importants, peut s’attribuer sûrement à l’action accumulatrice de la sélection naturelle, que j’expliquerai plus tard, et aux effets de l’augmentation de l’usage ou du non-usage des parties. On peut donc dire qu’une variété fortement accusée est le commencement d’une espèce. Cette assertion est-elle fondée ou non ? C’est ce dont on pourra juger quand on aura pesé avec soin les arguments et les différents faits qui font l’objet de ce volume.

Il ne faudrait pas supposer, d’ailleurs, que toutes les variétés ou espèces en voie de formation atteignent le rang d’espèces. Elles peuvent s’éteindre, ou elles peuvent se perpétuer comme variétés pendant de très longues périodes ; M. Wollaston a démontré qu’il en était ainsi pour les variétés de certains coquillages terrestres fossiles à Madère, et M. Gaston de Saporta pour certaines plantes. Si une variété prend un développement tel que le nombre de ses individus dépasse celui de l’espèce souche, il est certain qu’on regardera la variété comme l’espèce et l’espèce comme la variété. Ou bien il peut se faire encore que la variété supplante et extermine l’espèce souche ; ou bien encore elles