Page:Darwin - L’Origine des espèces (1906).djvu/74

Cette page a été validée par deux contributeurs.
56 de la variation à l’état de nature.  

qui constitue une espèce vraie. Il faut ajouter que de Candolle ne croit plus que les espèces sont des créations immuables ; il en arrive à la conclusion que la théorie de dérivation est la plus naturelle « et celle qui concorde le mieux avec les faits connus en paléontologie, en botanique, en zoologie géographique, en anatomie et en classification ».

Quand un jeune naturaliste aborde l’étude d’un groupe d’organismes qui lui sont parfaitement inconnus, il est d’abord très embarrassé pour déterminer quelles sont les différences qu’il doit considérer comme impliquant une espèce ou simplement une variété ; il ne sait pas, en effet, quelles sont la nature et l’étendue des variations dont le groupe dont il s’occupe est susceptible, fait qui prouve au moins combien les variations sont générales. Mais, s’il restreint ses études à une seule classe habitant un seul pays, il saura bientôt quel rang il convient d’assigner à la plupart des formes douteuses. Tout d’abord, il est disposé à reconnaître beaucoup d’espèces, car il est frappé, aussi bien que l’éleveur de pigeons et de volailles dont nous avons déjà parlé, de l’étendue des différences qui existent chez les formes qu’il étudie continuellement ; en outre, il sait à peine que des variations analogues, qui se présentent dans d’autres groupes et dans d’autres pays, seraient de nature à corriger ses premières impressions. À mesure que ses observations prennent un développement plus considérable, les difficultés s’accroissent, car il se trouve en présence d’un plus grand nombre de formes très voisines. En supposant que ses observations prennent un caractère général, il finira par pouvoir se décider ; mais il n’atteindra ce point qu’en admettant des variations nombreuses, et il ne manquera pas de naturalistes pour contester ses conclusions. Enfin, les difficultés surgiront en foule, et il sera forcé de s’appuyer presque entièrement sur l’analogie, lorsqu’il en arrivera à étudier les formes voisines provenant de pays aujourd’hui séparés, car il ne pourra retrouver les chaînons intermédiaires qui relient ces formes douteuses.

Jusqu’à présent on n’a pu tracer une ligne de démarcation entre les espèces et les sous-espèces, c’est-à-dire entre les formes qui, dans l’opinion de quelques naturalistes, pourraient être presque mises au rang des espèces sans le mériter tout à fait. On