Page:Darwin - L’Origine des espèces (1906).djvu/59

Cette page a été validée par deux contributeurs.
  sélection par l’homme. 41

quer autrefois, en parlant des moutons de certaines parties du Yorkshire : « Ces animaux appartenant à des gens pauvres et étant, par conséquent, divisés en petits troupeaux, il y a peu de chance qu’ils s’améliorent jamais. » D’autre part, les horticulteurs, qui élèvent des quantités considérables de la même plante, réussissent ordinairement mieux que les amateurs à produire de nouvelles variétés. Pour qu’un grand nombre d’individus d’une espèce quelconque existe dans un même pays, il faut que l’espèce y trouve des conditions d’existence favorables à sa reproduction. Quand les individus sont en petit nombre, on permet à tous de se reproduire, quelles que soient d’ailleurs leurs qualités, ce qui empêche l’action sélective de se manifester. Mais le point le plus important de tous est, sans contredit, que l’animal ou la plante soit assez utile à l’homme, ou ait assez de valeur à ses yeux, pour qu’il apporte l’attention la plus scrupuleuse aux moindres déviations qui peuvent se produire dans les qualités ou dans la conformation de cet animal ou de cette plante. Rien n’est possible sans ces précautions. J’ai entendu faire sérieusement la remarque qu’il est très heureux que le fraisier ait commencé précisément à varier au moment où les jardiniers ont porté leur attention sur cette plante. Or, il n’est pas douteux que le fraisier a dû varier depuis qu’on le cultive, seulement on a négligé ces légères variations. Mais, dès que les jardiniers se mirent à choisir les plantes portant un fruit un peu plus gros, un peu plus parfumé, un peu plus précoce, à en semer les graines, à trier ensuite les plants pour faire reproduire les meilleurs, et ainsi de suite, ils sont arrivés à produire, en s’aidant ensuite de quelques croisements avec d’autres espèces, ces nombreuses et admirables variétés de fraises qui ont paru pendant ces trente ou quarante dernières années.

Il importe, pour la formation de nouvelles races d’animaux, d’empêcher autant que possible les croisements, tout au moins dans un pays qui renferme déjà d’autres races. Sous ce rapport, les clôtures jouent un grand rôle. Les sauvages nomades, ou les habitants de plaines ouvertes, possèdent rarement plus d’une race de la même espèce. Le pigeon s’apparie pour la vie ; c’est là une grande commodité pour l’éleveur, qui peut ainsi améliorer et faire reproduire fidèlement plusieurs races, quoiqu’elles