Page:Darwin - L’Origine des espèces (1906).djvu/552

Cette page a été validée par deux contributeurs.
534 Affinités mutuelles des êtres organisés.  


On ne doit pas considérer comme rudimentaires les organes qui, si peu développés qu’ils soient, ont cependant quelque utilité, à moins que nous n’ayons des raisons pour croire qu’ils étaient autrefois plus développés. Il se peut aussi que ce soient des organes naissants en voie de développement. Les organes rudimentaires, au contraire, tels, par exemple, que les dents qui ne percent jamais les gencives, ou que les ailes d’une autruche qui ne servent plus guère que de voiles, sont presque inutiles. Comme il est certain qu’à un état moindre de développement ces organes seraient encore plus inutiles que dans leur condition actuelle, ils ne peuvent pas avoir été produits autrefois par la variation et par la sélection naturelle, qui n’agit jamais que par la conservation des modifications utiles. Ils se rattachent à un ancien état de choses et ont été en partie conservés par la puissance de l’hérédité. Toutefois, il est souvent difficile de distinguer les organes rudimentaires des organes naissants, car l’analogie seule nous permet de juger si un organe est susceptible de nouveaux développements, auquel cas seulement on peut l’appeler naissant. Les organes naissants doivent toujours être assez rares, car les individus pourvus d’un organe dans cette condition ont dû être généralement remplacés par des successeurs possédant cet organe à un état plus parfait, et ont dû, par conséquent, s’éteindre il y a longtemps. L’aile du pingouin lui est fort utile, car elle lui sert de nageoire ; elle pourrait donc représenter l’état naissant des ailes des oiseaux ; je ne crois cependant pas qu’il en soit ainsi ; c’est plus probablement un organe diminué et qui s’est modifié en vue d’une fonction nouvelle. L’aile de l’aptéryx, d’autre part, est complètement inutile à cet animal et peut être considérée comme vraiment rudimentaire. Owen considère les membres filiformes si simples du lépidosirène comme « le commencement d’organes qui atteignent leur développement fonctionnel complet chez les vertébrés supérieurs ; » mais le docteur Günther a soutenu récemment l’opinion que ce sont probablement les restes de l’axe persistant d’une nageoire dont les branches latérales ou les rayons sont atrophiés. On peut considérer les glandes mammaires de l’ornithorynque comme étant à l’état naissant, comparativement aux mamelles de la vache. Les freins ovigères de certains cirripèdes, qui ne sont que légère-