Page:Darwin - L’Origine des espèces (1906).djvu/521

Cette page a été validée par deux contributeurs.
  Ressemblances analogues. 503

un cas et le nier dans l’autre. Je suis heureux de voir que le professeur Flower, dont l’opinion a un si grand poids, en est arrivé à la même conclusion.

Les cas extraordinaires, cités dans un chapitre antérieur, relatifs à des poissons très différents pourvus d’appareils électriques, à des insectes très divers possédant des organes lumineux, et à des orchidées et à des asclépiades à masses de pollen avec disques visqueux, doivent rentrer aussi sous la rubrique des ressemblances analogues. Mais ces cas sont si étonnants, qu’on les a présentés comme des difficultés ou des objections contre ma théorie. Dans tous les cas, on peut observer quelque différence fondamentale dans la croissance ou le développement des organes, et généralement dans la conformation adulte. Le but obtenu est le même, mais les moyens sont essentiellement différents, bien que paraissant superficiellement les mêmes. Le principe auquel nous avons fait allusion précédemment sous le nom de variation analogue a probablement joué souvent un rôle dans les cas de ce genre. Les membres de la même classe, quoique alliés de très loin, ont hérité de tant de caractères constitutionnels communs, qu’ils sont aptes à varier d’une façon semblable sous l’influence de causes de même nature, ce qui aiderait évidemment l’acquisition par la sélection naturelle d’organes ou de parties se ressemblant étonnamment, en dehors de ce qu’a pu produire l’hérédité directe d’un ancêtre commun.

Comme des espèces appartenant à des classes distinctes se sont souvent adaptées par suite de légères modifications successives à vivre dans des conditions presque semblables — par exemple, à habiter la terre, l’air ou l’eau — il n’est peut-être pas impossible d’expliquer comment il se fait qu’on ait observe quelquefois un parallélisme numérique entre les sous-groupes de classes distinctes. Frappé d’un parallélisme de ce genre, un naturaliste, en élevant ou en rabaissant arbitrairement la valeur des groupes de plusieurs classes, valeur jusqu’ici complètement arbitraire, ainsi que l’expérience l’a toujours prouvé, pourrait aisément donner à ce parallélisme une grande extension ; c’est ainsi que, très probablement, on a imaginé les classifications septénaires, quinaires, quaternaires et ternaires.

Il est une autre classe de faits curieux dans lesquels la res-