Page:Darwin - L’Origine des espèces (1906).djvu/502

Cette page a été validée par deux contributeurs.
484 Distribution géographique.  

dû se modifier et du laps de temps immense qui a pu s’écouler pendant leurs migrations.

Comme exemple des effets que les changements climatériques ont pu exercer sur la distribution, j’ai cherché à démontrer l’importance du rôle qu’a joué la dernière période glaciaire, qui a affecté jusqu’aux régions équatoriales, et qui, pendant les alternances de froid au nord et au midi, a permis le mélange des productions des deux hémisphères opposés, et en a fait échouer quelques-unes, si l’on peut s’exprimer ainsi, sur les sommets des hautes montagnes dans toutes les parties du monde. Une discussion un peu plus détaillée du mode de dispersion des productions d’eau douce m’a servi à signaler la diversité des modes accidentels de transport.

Nous avons vu qu’aucune difficulté insurmontable n’empêche d’admettre que, étant donné le cours prolongé des temps, tous les individus d’une même espèce et toutes les espèces d’un même genre descendent d’une source commune ; tous les principaux faits de la distribution géographique s’expliquent donc par la théorie de la migration, combinée avec la modification ultérieure et la multiplication des formes nouvelles. Ainsi s’explique l’importance capitale des barrières, soit de terre, soit de mer, qui non seulement séparent, mais qui circonscrivent les diverses provinces zoologiques et botaniques. Ainsi s’expliquent encore la concentration des espèces alliées dans les mêmes régions et le lien mystérieux qui, sous diverses latitudes, dans l’Amérique méridionale par exemple, rattache les uns aux autres ainsi qu’aux formes éteintes qui ont autrefois vécu sur le même continent, les habitants des plaines et des montagnes, ceux des forêts, des marais et des déserts. Si l’on songe à la haute importance des rapports mutuels d’organisme à organisme, on comprend facilement que des formes très différentes habitent souvent deux régions offrant à peu près les mêmes conditions physiques ; car, le temps depuis lequel les immigrants ont pénétré dans une des régions ou dans les deux, la nature des communications qui a facilité l’entrée de certaines formes en plus ou moins grand nombre et exclu certaines autres, la concurrence que les formes nouvelles ont eu à soutenir soit les unes avec les autres, soit avec les formes indigènes, l’aptitude enfin des