Page:Darwin - L’Origine des espèces (1906).djvu/446

Cette page a été validée par deux contributeurs.
428 Distribution géographique.  

que lien organique intime et profond qui prévaut dans le temps et dans l’espace, dans les mêmes étendues de terre et de mer, indépendamment des conditions physiques. Il faudrait qu’un naturaliste fût bien indifférent pour n’être pas tenté de rechercher quel peut être ce lien.

Ce lien est tout simplement l’hérédité, cette cause qui, seule, autant que nous le sachions d’une manière positive, tend à produire des organismes tout à fait semblables les uns aux autres, ou, comme on le voit dans le cas des variétés, presque semblables. La dissemblance des habitants de diverses régions peut être attribuée à des modifications dues à la variation et à la sélection naturelle et probablement aussi, mais à un moindre degré, à l’action directe de conditions physiques différentes. Les degrés de dissemblance dépendent de ce que les migrations des formes organisées dominantes ont été plus ou moins efficacement empêchées à des époques plus ou moins reculées ; de la nature et du nombre des premiers immigrants, et de l’action que les habitants ont pu exercer les uns sur les autres, au point de vue de la conservation de différentes modifications ; les rapports qu’ont entre eux les divers organismes dans la lutte pour l’existence, étant, comme je l’ai déjà souvent indiqué, les plus importants de tous. C’est ainsi que les barrières, en mettant obstacle aux migrations, jouent un rôle aussi important que le temps, quand il s’agit des lentes modifications par la sélection naturelle. Les espèces très répandues, comprenant de nombreux individus, qui ont déjà triomphé de beaucoup de concurrents dans leurs vastes habitats, sont aussi celles qui ont le plus de chances de s’emparer de places nouvelles, lorsqu’elles se répandent dans de nouvelles régions. Soumises dans leur nouvelle patrie à de nouvelles conditions, elles doivent fréquemment subir des modifications et des perfectionnements ultérieurs ; il en résulte qu’elles doivent remporter de nouvelles victoires et produire des groupes de descendants modifiés. Ce principe de l’hérédité avec modifications nous permet de comprendre pourquoi des sections de genres, des genres entiers et même des familles entières, se trouvent confinés dans les mêmes régions, cas si fréquent et si connu.

Ainsi que je l’ai fait remarquer dans le chapitre précédent, on ne saurait prouver qu’il existe une loi de développement indispen-