Page:Darwin - L’Origine des espèces (1906).djvu/430

Cette page a été validée par deux contributeurs.
412 Succession géologique des êtres organisés.  

DU DEGRÉ DE DÉVELOPPEMENT DES FORMES ANCIENNES COMPARÉ À CELUI DES FORMES VIVANTES.

Nous avons vu, dans le quatrième chapitre, que, chez tous les êtres organisés ayant atteint l’âge adulte, le degré de différenciation et de spécialisation des divers organes nous permet de déterminer leur degré de perfection et leur supériorité relative. Nous avons vu aussi que, la spécialisation des organes constituant un avantage pour chaque être, la sélection naturelle doit tendre à spécialiser l’organisation de chaque individu, et à la rendre, sous ce rapport, plus parfaite et plus élevée ; mais cela n’empêche pas qu’elle peut laisser à de nombreux êtres une conformation simple et inférieure, appropriée à des conditions d’existence moins complexes, et, dans certains cas même, elle peut déterminer chez eux une simplification et une dégradation de l’organisation, de façon à les mieux adapter à des conditions particulières. Dans un sens plus général, les espèces nouvelles deviennent supérieures à celles qui les ont précédées ; car elles ont, dans la lutte pour l’existence, à l’emporter sur toutes les formes antérieures avec lesquelles elles se trouvent en concurrente active. Nous pouvons donc conclure que, si l’on pouvait mettre en concurrence, dans des conditions de climat à peu près identiques, les habitants de l’époque éocène avec ceux du monde actuel, ceux-ci l’emporteraient sur les premiers et les extermineraient ; de même aussi, les habitants de l’époque éocène l’emporteraient sur les formes de la période secondaire, et celles-ci sur les formes paléozoïques. De telle sorte que cette épreuve fondamentale de la victoire dans la lutte pour l’existence, aussi bien que le fait de la spécialisation des organes, tendent à prouver que les formes modernes doivent, d’après la théorie de la sélection naturelle, être plus élevées que les formes anciennes. En est-il ainsi ? L’immense majorité des paléontologistes répondrait par l’affirmative, et leur réponse, bien que la preuve en soit difficile, doit être admise comme vraie.

Le fait que certains brachiopodes n’ont été que légèrement modifiés depuis une époque géologique fort reculée, et que cer-