Page:Darwin - L’Origine des espèces (1906).djvu/329

Cette page a été validée par deux contributeurs.
  Insectes neutres et stériles. 311

ces mêmes organes sont rudimentaires chez les petites ouvrières. Une dissection attentive de plusieurs ouvrières m’a prouvé que les yeux sont, chez les petites, beaucoup plus rudimentaires que ne le comporte l’infériorité de leur taille, et je crois, sans que je veuille l’affirmer d’une manière positive, que les ouvrières de taille moyenne ont aussi des yeux présentant des caractères intermédiaires. Nous avons donc, dans ce cas, deux groupes d’ouvrières stériles dans un même nid, différant non seulement par la taille, mais encore par les organes de la vision, et reliées par quelques individus présentant des caractères intermédiaires. J’ajouterai, si l’on veut bien me permettre cette digression, que, si les ouvrières les plus petites avaient été les plus utiles à la communauté, la sélection aurait porté sur les mâles et les femelles produisant le plus grand nombre de ces petites ouvrières, jusqu’à ce qu’elles le devinssent toutes ; il en serait alors résulté une espèce de fourmis dont les neutres seraient à peu près semblables à celles des Myrmica. Les ouvrières des myrmica, en effet, ne possèdent même pas les rudiments des yeux, bien que les mâles et les femelles de ce genre aient des yeux simples et bien développés.

Je puis citer un autre cas. J’étais si certain de trouver des gradations portant sur beaucoup de points importants de la conformation des diverses castes de neutres d’une même espèce, que j’acceptai volontiers l’offre que me fit M. F. Smith de me remettre un grand nombre d’individus pris dans un même nid de l’Anomma, fourmi de l’Afrique occidentale. Le lecteur jugera peut-être mieux des différences existant chez ces ouvrières d’après des termes de comparaison exactement proportionnels, que d’après des mesures réelles : cette différence est la même que celle qui existerait dans un groupe de maçons dont les uns n’auraient que 5 pieds 4 pouces, tandis que les autres auraient 6 pieds ; mais il faudrait supposer, en outre, que ces derniers auraient la tête quatre fois au lieu de trois fois plus grosse que celle des petits hommes et des mâchoires près de cinq fois aussi grandes. De plus, les mâchoires des fourmis ouvrières de diverses grosseurs diffèrent sous le rapport de la forme et par le nombre des dents. Mais le point important pour nous, c’est que, bien qu’on puisse grouper ces ouvrières en castes ayant des grosseurs diverses, cependant