Page:Darwin - L’Origine des espèces (1906).djvu/306

Cette page a été validée par deux contributeurs.
288 Instinct.  

jours après sa naissance, les petits de ses parents nourriciers. Comme il est encore bien faible à cet âge, M. Gould était autrefois disposé à croire que les parents se chargeaient eux-mêmes de chasser leurs petits. Mais il a dû changer d’opinion à ce sujet, car on a observé un jeune coucou, encore aveugle, et ayant à peine la force de soulever la tête, en train d’expulser du nid ses frères nourriciers. L’observateur replaça un de ces petits dans le nid et le coucou le rejeta dehors. Comment cet étrange et odieux instinct a-t-il pu se produire ? S’il est très important pour le jeune coucou, et c’est probablement le cas, de recevoir après sa naissance le plus de nourriture possible, je ne vois pas grande difficulté à admettre que, pendant de nombreuses générations successives, il ait graduellement acquis le désir aveugle, la force et la conformation la plus propre pour expulser ses compagnons ; en effet, les jeunes coucous doués de cette habitude et de cette conformation sont plus certains de réussir. Il se peut que le premier pas vers l’acquisition de cet instinct n’ait été qu’une disposition turbulente du jeune coucou à un âge un peu plus avancé ; puis, cette habitude s’est développée et s’est transmise par hérédité à un âge beaucoup plus tendre. Cela ne me paraît pas plus difficile à admettre que l’instinct qui porte les jeunes oiseaux encore dans l’œuf à briser la coquille qui les enveloppe, ou que la production, chez les jeunes serpents, ainsi que l’a remarqué Owen, d’une dent acérée temporaire, placée à la mâchoire supérieure, qui leur permet de se frayer un passage au travers de l’enveloppe coriace de l’œuf. Si chaque partie du corps est susceptible de variations individuelles à tout âge, et que ces variations tendent à devenir héréditaires à l’âge correspondant, faits qu’on ne peut contester, les instincts et la conformation peuvent se modifier lentement, aussi bien chez les petits que chez les adultes. Ce sont là deux propositions qui sont à la base de la théorie de la sélection naturelle et qui doivent subsister ou tomber avec elle.

Quelques espèces du genre Molothrus, genre très distinct d’oiseaux américains, voisins de nos étourneaux, ont des habitudes parasites semblables à celles du coucou ; ces espèces présentent des gradations intéressantes dans la perfection de leurs instincts. M. Hudson, excellent observateur, a constaté que les Molothrus badius des deux sexes vivent quelquefois en bandes