Page:Darwin - L’Origine des espèces (1906).djvu/289

Cette page a été validée par deux contributeurs.
  Objections diverses. 271

petit nombre de cas où c’est au contraire une rétrogradation.

M. Mivart est, en outre, disposé à croire, et quelques naturalistes partagent son opinion, que les espèces nouvelles se manifestent « subitement et par des modifications paraissant toutes à la fois ». Il suppose, par exemple, que les différences entre l’hipparion tridactyle et le cheval se sont produites brusquement. Il pense qu’il est difficile de croire que l’aile d’un oiseau a pu se développer autrement que par une modification comparativement brusque, de nature marquée et importante ; opinion qu’il applique, sans doute, à la formation des ailes des chauves-souris et des ptérodactyles. Cette conclusion, qui implique d’énormes lacunes et une discontinuité de la série, me paraît improbable au suprême degré.

Les partisans d’une évolution lente et graduelle admettent, bien entendu, que les changements spécifiques ont pu être aussi subits et aussi considérables qu’une simple variation isolée que nous observons à l’état de nature, ou même à l’état domestique. Pourtant, les espèces domestiques ou cultivées étant bien plus variables que les espèces sauvages, il est peu probable que ces dernières aient été affectées aussi souvent par des modifications aussi prononcées et aussi subites que celles qui surgissent accidentellement à l’état domestique. On peut attribuer au retour plusieurs de ces dernières variations ; et les caractères qui reparaissent ainsi avaient probablement été, dans bien des cas, acquis graduellement dans le principe. On peut donner à un plus grand nombre le nom de monstruosités, comme, par exemple, les hommes à six doigts, les hommes porcs-épics, les moutons Ancon, le bétail Niata, etc. ; mais ces caractères diffèrent considérablement de ce qu’ils sont dans les espèces naturelles et jettent peu de lumière sur notre sujet. En excluant de pareils cas de brusques variations, le petit nombre de ceux qui restent pourraient, trouvés à l’état naturel, représenter au plus des espèces douteuses, très rapprochées du type de leurs ancêtres.

Voici les raisons qui me font douter que les espèces naturelles aient éprouvé des changements aussi brusques que ceux qu’on observe accidentellement chez les races domestiques, et qui m’empêchent complètement de croire au procédé bizarre auquel M. Mivart les attribue. L’expérience nous apprend que des va-