Page:Darwin - L’Origine des espèces (1906).djvu/221

Cette page a été validée par deux contributeurs.
  Modes de transitions. 203

de grosseur et par l’atrophie des glandes glutinifères. Si tous les cirripèdes pédonculés qui ont éprouvé une extinction bien plus considérable que les cirripèdes sessiles avaient complètement disparu, qui aurait pu jamais s’imaginer que les branchies de cette dernière famille étaient primitivement des organes destinés à empêcher que les œufs ne fussent entraînés hors du sac ?

Le professeur Cope et quelques autres naturalistes des États-Unis viennent d’insister récemment sur un autre mode possible de transition, consistant en une accélération ou en un retard apporté à l’époque de la reproduction. On sait actuellement que quelques animaux sont aptes à se reproduire à un âge très précoce, avant même d’avoir acquis leurs caractères complets ; or, si cette faculté venait à prendre chez une espèce un développement considérable, il est probable que l’état adulte de ces animaux se perdrait tôt ou tard ; dans ce cas, le caractère de l’espèce tendrait à se modifier et à se dégrader considérablement surtout si la larve différait beaucoup de la forme adulte. On sait encore qu’il y a un assez grand nombre d’animaux qui, après avoir atteint l’âge adulte, continuent à changer de caractère pendant presque toute leur vie. Chez les mammifères, par exemple, l’âge modifie souvent beaucoup la forme du crâne, fait dont le docteur Murie a observé des exemples frappants chez les phoques. Chacun sait que la complication des ramifications des cornes du cerf augmente beaucoup avec l’âge, et que les plumes de quelques oiseaux se développent beaucoup quand ils vieillissent. Le professeur Cope affirme que les dents de certains lézards subissent de grandes modifications de forme quand ils avancent en âge ; Fritz Müller a observé que les crustacés, après avoir atteint l’âge adulte, peuvent revêtir des caractères nouveaux, affectant non seulement des parties insignifiantes, mais même des parties fort importantes. Dans tous ces cas — et ils sont nombreux — si l’âge de la reproduction était retardé, le caractère de l’espèce se modifierait tout au moins dans son état adulte ; il est même probable que les phases antérieures et précoces du développement seraient, dans quelques cas, précipitées et finalement perdues. Je ne puis émettre l’opinion que quelques espèces aient été souvent, ou aient même été jamais modifiées par ce mode de