Page:Darwin - L’Origine des espèces (1906).djvu/136

Cette page a été validée par deux contributeurs.

Je crois que ces différentes considérations nous conduisent à une conclusion inévitable : à mesure que de nouvelles espèces se forment dans le cours des temps, grâce à l’action de la sélection naturelle, d’autres espèces deviennent de plus en plus rares et finissent par s’éteindre. Celles qui souffrent le plus, sont naturellement celles qui se trouvent plus immédiatement en concurrence avec les espèces qui se modifient et qui se perfectionnent. Or, nous avons vu, dans le chapitre traitant de la lutte pour l’existence, que ce sont les formes les plus voisines — les variétés de la même espèce et les espèces du même genre ou de genres voisins — qui, en raison de leur structure, de leur constitution et de leurs habitudes analogues, luttent ordinairement le plus vigoureusement les unes avec les autres ; en conséquence, chaque variété ou chaque espèce nouvelle, pendant qu’elle se forme, doit lutter ordinairement avec plus d’énergie avec ses parents les plus proches et tendre à les détruire. Nous pouvons remarquer, d’ailleurs, une même marche d’extermination chez nos productions domestiques, en raison de la sélection opérée par l’homme. On pourrait citer bien des exemples curieux pour prouver avec quelle rapidité de nouvelles races de bestiaux, de moutons et d’autres animaux, ou de nouvelles variétés de fleurs, prennent la place de races plus anciennes et moins perfectionnées. L’histoire nous apprend que, dans le Yorkshire, les anciens bestiaux noirs ont été remplacés par les bestiaux à longues cornes, et que ces derniers ont disparu devant les bestiaux à courtes cornes (je cite les expressions mêmes d’un écrivain agricole), comme s’ils avaient été emportés par la peste.

DIVERGENCE DES CARACTÈRES.

Le principe que je désigne par ce terme a une haute importance, et permet, je crois, d’expliquer plusieurs faits importants. En premier lieu, les variétés, alors même qu’elles sont fortement prononcées, et bien qu’elles aient, sous quelques rapports, les caractères d’espèces — ce qui est prouvé par les difficultés que l’on éprouve, dans bien des cas, pour les classer — diffèrent cependant beaucoup moins les unes des autres que ne le font les es-