Page:Darwin - L’Origine des espèces (1906).djvu/131

Cette page a été validée par deux contributeurs.

ni contre la sélection naturelle. J’énonce cette règle parce qu’on a soutenu à tort que j’accordais à l’élément du temps un rôle prépondérant dans la transformation des espèces, comme si toutes les formes de la vie devaient nécessairement subir des modifications en vertu de quelques lois innées. La durée du temps est seulement importante — et sous ce rapport on ne saurait exagérer cette importance — en ce qu’elle présente plus de chance pour l’apparition de variations avantageuses et en ce qu’elle leur permet, après qu’elles ont fait l’objet de la sélection, de s’accumuler et de se fixer. La durée du temps contribue aussi à augmenter l’action directe des conditions physiques de la vie dans leur rapport avec la constitution de chaque organisme.

Si nous interrogeons la nature pour lui demander la preuve des règles que nous venons de formuler, et que nous considérions une petite région isolée, quelle qu’elle soit, une île océanique, par exemple, bien que le nombre des espèces qui l’habitent soit peu considérable, — comme nous le verrons dans notre chapitre sur la distribution géographique, — cependant la plus grande partie de ces espèces sont endémiques, c’est-à-dire qu’elles ont été produites en cet endroit, et nulle part ailleurs dans le monde. Il semblerait donc, à première vue, qu’une île océanique soit très favorable à la production de nouvelles espèces. Mais nous sommes très exposés à nous tromper, car, pour déterminer si une petite région isolée a été plus favorable qu’une grande région ouverte comme un continent, ou réciproquement, à la production de nouvelles formes organiques, il faudrait pouvoir établir une comparaison entre des temps égaux, ce qu’il nous est impossible de faire.

L’isolement contribue puissamment, sans contredit, à la production de nouvelles espèces ; toutefois, je suis disposé à croire qu’une vaste contrée ouverte est plus favorable encore, quand il s’agit de la production des espèces capables de se perpétuer pendant de longues périodes et d’acquérir une grande extension. Une grande contrée ouverte offre non seulement plus de chances pour que des variations avantageuses fassent leur apparition en raison du grand nombre des individus de la même espèce qui l’habitent, mais aussi en raison de ce que les conditions d’existence sont beaucoup plus complexes à cause de la multiplicité