Page:Darwin - L’Origine des espèces (1906).djvu/128

Cette page a été validée par deux contributeurs.

parer des places vacantes dans l’économie de la nature ; par conséquent, si une espèce, quelle qu’elle soit, ne se modifie pas et ne se perfectionne pas aussi vite que ses concurrents, elle doit être exterminée. En outre, la sélection naturelle ne peut agir que si quelques-uns des descendants héritent de variations avantageuses. La tendance au retour vers le type des aïeux peut souvent entraver ou empêcher l’action de la sélection naturelle ; mais, d’un autre côté, comme cette tendance n’a pas empêché l’homme de créer, par la sélection, de nombreuses races domestiques, pourquoi prévaudrait-elle contre l’œuvre de la sélection naturelle ?

Quand il s’agit d’une sélection méthodique, l’éleveur choisit, certains sujets pour atteindre un but déterminé ; s’il permet à tous les individus de se croiser librement, il est certain qu’il échouera. Mais, quand beaucoup d’éleveurs, sans avoir l’intention de modifier une race, ont un type commun de perfection, et que tous essayent de se procurer et de faire reproduire les individus les plus parfaits, cette sélection inconsciente amène lentement mais sûrement, de grands progrès, en admettant même qu’on ne sépare pas les individus plus particulièrement beaux. Il en est de même à l’état de nature ; car, dans une région restreinte, dont l’économie générale présente quelques lacunes, tous les individus variant dans une certaine direction déterminée, bien qu’à des degrés différents, tendent à persister. Si, au contraire, la région est considérable, les divers districts présentent certainement des conditions différentes d’existence ; or, si une même espèce est soumise à des modifications dans ces divers districts, les variétés nouvellement formées se croisent sur les confins de chacun d’eux. Nous verrons, toutefois, dans le sixième chapitre de cet ouvrage, que les variétés intermédiaires, habitant des districts intermédiaires, sont ordinairement éliminées, dans un laps de temps plus ou moins considérable, par une des variétés voisines. Le croisement affecte principalement les animaux qui s’accouplent pour chaque fécondation, qui vagabondent beaucoup, et qui ne se multiplient pas dans une proportion rapide. Aussi, chez les animaux de cette nature, les oiseaux par exemple, les variétés doivent ordinairement être confinées dans des régions séparées les unes des autres ; or, c’est là ce qui arrive presque