Page:Darwin - L’Origine des espèces (1906).djvu/110

Cette page a été validée par deux contributeurs.

ont à lutter avec d’autres arbres et avec une foule d’ennemis.

Quand nous étudions les nombreux petits points de différence qui existent entre les espèces et qui, dans notre ignorance, nous paraissent insignifiants, nous ne devons pas oublier que le climat, l’alimentation, etc., ont, sans aucun doute, produit quelques effets directs. Il ne faut pas oublier non plus qu’en vertu des lois de la corrélation, quand une partie varie et que la sélection naturelle accumule les variations, il se produit souvent d’autres modifications de la nature la plus inattendue.

Nous avons vu que certaines variations qui, à l’état domestique, apparaissent à une période déterminée de la vie, tendent à réapparaître chez les descendants à la même période. On pourrait citer comme exemples la forme, la taille et la saveur des grains de beaucoup de variétés de nos légumes et de nos plantes agricoles ; les variations du ver à soie à l’état de chenille et de cocon ; les œufs de nos volailles et la couleur du duvet de leurs petits ; les cornes de nos moutons et de nos bestiaux à l’âge adulte. Or, à l’état de nature, la sélection naturelle peut agir sur certains êtres organisés et les modifier à quelque âge que ce soit par l’accumulation de variations profitables à cet âge et par leur transmission héréditaire à l’âge correspondant. S’il est avantageux à une plante que ses graines soient plus facilement disséminées par le vent, il est aussi aisé à la sélection naturelle de produire ce perfectionnement, qu’il est facile au planteur, par la sélection méthodique, d’augmenter et d’améliorer le duvet contenu dans les gousses de ses cotonniers.

La sélection naturelle peut modifier la larve d’un insecte de façon à l’adapter à des circonstances complètement différentes de celles où devra vivre l’insecte adulte. Ces modifications pourront même affecter, en vertu de la corrélation, la conformation de l’adulte. Mais, inversement, des modifications dans la conformation de l’adulte peuvent affecter la conformation de la larve. Dans tous les cas, la sélection naturelle ne produit pas de modifications nuisibles à l’insecte, car alors l’espèce s’éteindrait.

La sélection naturelle peut modifier la conformation du jeune relativement aux parents et celle des parents relativement aux jeunes. Chez les animaux vivant en société, elle transforme la conformation de chaque individu de telle sorte qu’il puisse se