Page:Darwin - L’Origine des espèces (1906).djvu/109

Cette page a été validée par deux contributeurs.

considérer comme ayant une importance très secondaire, peuvent être l’objet de son action. Quand nous voyons les insectes qui se nourrissent de feuilles revêtir presque toujours une teinte verte, ceux qui se nourrissent d’écorce une teinte grisâtre, le ptarmigan des Alpes devenir blanc en hiver et le coq de bruyère porter des plumes couleur de bruyère, ne devons-nous pas croire que les couleurs que revêtent certains oiseaux et certains insectes leur sont utiles pour les garantir du danger ? Le coq de bruyère se multiplierait innombrablement s’il n’était pas détruit à quelqu’une des phases de son existence, et on sait que les oiseaux de proie lui font une chasse active ; les faucons, doués d’une vue perçante, aperçoivent leur proie de si loin, que, dans certaines parties du continent, on n’élève pas de pigeons blancs parce qu’ils sont exposés à trop de dangers. La sélection naturelle pourrait donc remplir son rôle en donnant à chaque espèce de coq de bruyère une couleur appropriée au pays qu’il habite, en conservant et en perpétuant cette couleur dès qu’elle est acquise. Il ne faudrait pas penser non plus que la destruction accidentelle d’un animal ayant une couleur particulière ne puisse produire que peu d’effets sur une race. Nous devons nous rappeler, en effet, combien il est essentiel dans un troupeau de moutons blancs de détruire les agneaux qui ont la moindre tache noire. Nous avons vu que la couleur des cochons qui, en Virginie, se nourrissent de certaines racines, est pour eux une cause de vie ou de mort. Chez les plantes, les botanistes considèrent le duvet du fruit et la couleur de la chair comme des caractères très insignifiants ; cependant, un excellent horticulteur, Downing, nous apprend qu’aux États-Unis les fruits à peau lisse souffrent beaucoup plus que ceux recouverts de duvet des attaques d’un insecte, le curculio ; que les prunes pourprées sont beaucoup plus sujettes à certaines maladies que les prunes jaunes ; et qu’une autre maladie attaque plus facilement les pêches à chair jaune que les pêches à chair d’une autre couleur. Si ces légères différences, malgré le secours de l’art, décident du sort des variétés cultivées, ces mêmes différences doivent évidemment, à l’état de nature, suffire à décider qui l’emportera d’un arbre produisant des fruits à la peau lisse ou à la peau velue, à la chair pourpre ou à la chair jaune ; car, dans cet état, les arbres