Page:Dancourt - À Mr. J. J. Rousseau, 1759.djvu/67

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


des ſcenes dans ce goût & deſtinées à la même critique feroient une impreſſion très utile dans le cœur de nos ferrailleurs étourdis.

M. Greſſet n’a pas cru s’expoſer à la mauvaiſe humeur du Public, en faiſant entendre ces beaux vers dans la Tragédie d’Édouard III.

Sçavoir ſouffrir la vie & voir venir la mort,
C’eſt le devoir du Sage, & ce ſera mon ſort.
Le déſeſpoir n’eſt point d’un ame magnanime,
Souvent il eſt foibleſſe & toujours il eſt crime.
La vie eſt un dépôt confié par le Ciel,
Oſer en diſpoſer, c’eſt être criminel,
Du monde où m’a placé la ſageſſe immortelle,
J’attends que dans ſon ſein ſon ordre me rappelle.
N’outrons point les vertus par la férocité :
Reſtons dans la nature & dans l’humanité :

Quoi de plus contraire aux maximes outrées du point d’honneur que ces vers : cependant ils ont été applaudis & admirés ; ſi vous en doutez, informez vous en. Ces applaudiſſemens ſerviront encore à vous convaincre qu’on peut mettre ſans péril un Stoïcien, ſi vous n’en reconnoiſſez pas un dans Worceſtre.

Dans Arlequin ſauvage, la ſcene du Capitaine qui eſt prêt à ſe couper la gorge avec ſon ami devenu par hazard ſon rival, n’eſt