Page:Désorgues - Voltaire, ou le Pouvoir de la philosophie, 1798.djvu/35

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
(34)

Pour se presser des plus doux nœuds !
Et l’homme seul, qu’un Dieu facile
Forma d’une si noble argile,
Garderait d’homicides vœux !

Chœur.


O germinal, etc.


Ah ! si l’implacable vengeance
Doit armer vos bras irrités,
Sur les ennemis de la France
Vengez vos murs ensanglantés.
Jeunes Français, Français fidèles,
Recevez des mains paternelles
Ce glaive, soutien de vos droits ;
Volez dans les champs de la gloire,
Et rassurez par la victoire
L’édifice naissant des lois.

Chœur.


O germinal, etc.


Auguste loi, vierge sacrée,
Fille du souverain des cieux,
Descends de la voûte azurée,
Découvre ton livre à nos yeux.
Jurons sur sa page immortelle,
Jurons une guerre éternelle