Page:Démia - Trésor clérical, 1682.pdf/410

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tement sont pechés mortels, sans particulariser davantage.

24. Il pourra faire par fois en interrogeant quelque digression morale sur un point de doctrine morale proposé, mais il faut que ce soit seulement en passant ; êtant plus à propos de reserver à la fin les principales moralités du Catechisme.

25. Quand il fera les Reflexions, & proposera les Affections morales sur le sujet qu’il explique il doit s’arréter en une place, pour être mieux entendu de tout le monde, & cela ne doit durer qu’un petit quart-d’heure : car il faut tenir pour maxime que le fruit des instructions familieres ne consiste pas à faire des longs discours, mais à faire beaucoup parler les Auditeurs, & leur bien inculquer avec un style simple & familier, & d’une maniere affective les choses dont on desire les instruire.

26. Pour tirer quelque Fruit de l’Instruction qu’il a faite, s’il a interrogé de quelque Mystere, il tachera de faire produire des actes de foy, d’adoration, d’offrande, de demande, &c. sur le sujet proposé. Si c’est de quelque Vertu, il fera faire des actes d’amour de cette vertu, & des resolutions de la pratiquer en telle & telle rencontre. Si c’est d’un Vice, il excitera la haine de ce vice, & il fera prendre des resolutions de l’eviter en telle & telle rencontre.

27. Faire en deux mots repeter par quelque enfant ce qu’on a dit en general.

Enfin il finira le tout par une briéve histoire qui ne soit point apocryphe, & qui ait rapport avec