Ouvrir le menu principal

Page:Coubertin Remède au surmenage 1888.djvu/15

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 15 —

de l′école Gerson situés à Passy, rue de la Pompe, et aussi de l′école Monge ; soit par la gare de Saint-Lazare, c′est celui du Lycée Condorcet et de ses dépendances, du collège Chaptal, de l′externat de la rue de Madrid.

Les deux autres groupes sont sur la rive gauche, là vous avez un lycée en construction, boulevard de Vaugirard ; et le collège des Jésuites, aux portes de Paris, le lycée de Vanves ; sur le chemin de fer de Sceaux, Lakanal, Arcueil et Sainte-Barbe-des-Champs ; auprès de l′embarcadère de cette ligne qui, il est vrai, n′a qu′une vague ressemblance avec un chemin de fer, l′École alsacienne ; enfin le groupe des lycées Saint-Louis, Henri iv, Louis le Grand et Sainte-Barbe de Paris, où l′on est à peu près à égale distance des chemins de fer d′Orléans, de Sceaux et Montparnasse ; le lycée Charlemagne isolé au haut de la rue Rivoli n′est pas très éloigné de la gare d′Orléans.

Dans ces trois directions, il faut que nos collégiens trouvent ce qui leur manque à Paris, des champs de jeu et des jeux organisés : il s′agit donc de créer des parcs scolaires se composant de vastes prairies divisées et maintenues selon les besoins de ces jeux, possédant en plus un abri, un préau couvert et des vestiaires ; alternativement les élèves des différentes écoles y viendraient passer l′après-midi et là, en pleine campagne, on pourrait leur fournir les plaisirs les plus variés ; promenades,