Ouvrir le menu principal

Page:Coubertin - L’Éducation des adolescents au XXe siècle, Volume III.djvu/74

Cette page a été validée par deux contributeurs.
81
le respect des conventions

aux coutumes est la meilleure expression du patriotisme éclairé et prévoyant. La loi n’est pas, par sa vertu propre, l’émanation de la justice intégrale et la coutume n’incarne pas nécessairement la Raison parfaite. Il y aurait à les envisager de la sorte, une inutile naïveté. Ni la loi, ni la coutume ne doivent être intangibles par le motif que les hommes ne sont pas faits pour elles, mais bien elles pour les hommes. Mais l’une et l’autre représentent cette base essentielle de toute Société viable : les conventions — base évidemment défectueuse par là même qu’elle est humaine, sur laquelle reposent pourtant la sécurité matérielle et l’esprit national, sources du progrès collectif.