Ouvrir le menu principal

Page:Coubertin - Essais de psychologie sportive.djvu/237

Cette page a été validée par deux contributeurs.
___________________________
___________________________
231

que sur des natures déjà préparées, ardentes et inquiètes. La propension à l’envie est plus répandue et plus vulgaire. C’est un sentiment tristement naturel et qui, ici, sert directement la propagande collectiviste. Les autos qui courent de tous côtés à travers les champs et les villes sont exactement, aux yeux des paysans et des ouvriers, comme des pièces de vingt mille francs qui rouleraient et qui rouleraient sans maître, ou du moins sans maître connu ; aux regards populaires c’est tout un. C’est une richesse qui est, à leurs yeux, à la fois excessive et anonyme. Il savaient avec plus ou moins de précision quels étaient les propriétaires des beaux équipages trottant naguère sous leurs fenêtres, mais l’auto qui dévore les kilomètres circule en général bien loin de l’habitation de son propriétaire. Dans Germinal, le célèbre roman d’Émile Zola, on voit un mineur nouveau venu interroger un ancien lorsque, remontés des puits, tous deux contemplent la région avec les champs, les constructions, les maisons ouvrières : « À qui est-ce