Ouvrir le menu principal

Page:Contes tjames, trad. Landes, 1887.djvu/110

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Raglai furent tout joyeux et se mirent à cueillir des feuilles, mais sans pouvoir remplir les paniers. Ils dépouillèrent ainsi trois plantations sans y parvenir. Alors ils rapportèrent son langouti à Klong Garay et lui dirent : Il n'y a pas moyen, vous avez un charme, nous ne pouvons remplir ces paniers.

Le seigneur Klong Garay et le seigneur Pau allèrent chez les Raglai de Napuh. Ceux-ci aussi voulurent acheter le langouti et ne purent remplir les paniers. Il en arriva de même dans tous les villages. Klong Garay et Pau emportèrent leur bétel et s'en retournèrent à la maison. En chemin, comme il faisait chaud, ils s'arrêtèrent pour se reposer à l'ombre d'un arbre. Pau alla à la maison chercher du riz et Klong Garay resta à la garde du bétel. Lorsque Pau revint, il vit Klong Garay endormi et deux dragons qui lui léchaient le corps. A la vue de Pau ces deux dragons rentrèrent sous terre et disparurent.

Pau comprit alors que Klong Garay était de race royale. Il lui porta le riz mais il n'osait plus manger avec lui et désormais il l'appela du titre de seigneur. Klong Garay dit à Pau de manger avec lui, mais celui-ci ne l'osait pas. Klong Garay lui dit alors : Puisque tu n'oses pas manger avec moi, va couper une feuille de bananier et porte-la moi. Pau obéit. Klong Garay prit la feuille, y versa du riz et de son doigt traça une raie pour que Pau mangeât d'un côté et lui de l'autre, et cette raie subsiste jusqu'à maintenant dans la nervure centrale de la feuille. Pau alors osa manger. Quand ils eurent mangé, Pau n'osa pas boire à la même gourde que Klong Garay. Celui-ci but le premier, ensuite il serra la gourde entre ses mains et la gourde est restée telle jusqu'à maintenant. De cette façon, Klong Garay but à une moitié de la gourde et Pau à l'autre.