Ouvrir le menu principal

Page:Coignet - Les Cahiers du capitaine Coignet, 1883.djvu/53

Cette page a été validée par deux contributeurs.
14
LES CAHIERS

car j’étais au bout de mes forces, je ne pouvais plus tenir… Je rentrai dans ma grange pour pleurer à mon aise, ne sachant pas ce que je devais faire, si je rentrerais à la maison accabler mon père de reproches et tomber sur cette furie de belle-mère qui était la cause de notre malheur. Je délibère dans ma petite tête de ne pas faire de scandale, je prends ma bêche et vais au jardin travailler. Quelle fut ma surprise de voir paraître ma belle-mère avec un petit marmot qu’elle tenait par la main ! Oh ! alors, je ne pus me retenir de voir cette furie de femme paraître devant moi. Je fus prêt à faire un malheur ; je quittai le jardin, la voyant s’approcher de moi ; je pars comme un trait du côté de l’écurie pour pleurer à mon aise. J’avais pris le jardin en horreur. Toutes les fois que j’y allais je trouvais toujours le père ou la mère, que j’évitais autant que je pouvais. Combien de fois j’ai été tenté de passer par-dessus la séparation des deux jardins pour aller asséner un coup de bêche sur la tête de la mère et de son enfant, mais Dieu retenait ma main, et je me sauvais.

Maintenant la scène change de face ; la Providence vient à mon secours. Deux marchands de chevaux se présentent dans l’auberge de M. Romain, gros aubergiste, pour coucher, mais le maître et la maîtresse se battaient à coups de fourches. Alors ces messieurs descendent chez