Ouvrir le menu principal

Page:Coignet - Les Cahiers du capitaine Coignet, 1883.djvu/38

Cette page a été validée par deux contributeurs.
xxxviii
AVANT-PROPOS.

On a dit que les proverbes étaient la sagesse des nations. Cela nous paraît surtout vrai pour celui qui dit : En toute chose, il faut considérer la fin. Quand on l’applique à l’histoire du premier Empire, il n’est pas difficile de s’apercevoir que les entrées triomphales à Vienne et à Berlin n’ont point empêché la France de perdre deux petites places appelées Sarrelouis et Landau. La domination d’un grand homme de guerre ne nous a pas même laissé les frontières conservées par le faible Louis xvi.

Puisse la France ne plus associer sa fortune à celle des beaux joueurs dont la devise est « tout ou rien ! » En attendant, gardons-nous d’effacer, même au coin d’une rue, le souvenir de leurs parties périlleuses. Il doit rester, au contraire, comme une leçon éternelle.

On prétend que la vanité est notre défaut national. Pourtant, on ne nous voit point, comme d’autres peuples réputés plus sages, célébrer obstinément de glorieux anniversaires. Puisque nous épargnons nos souvenirs aux voisins, sachons du moins profiter des leurs à notre manière. Pensons à Waterloo en même temps que