Page:Chivot et Duru, Les Braconniers.djvu/112

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



BIBÈS, à part.

Oh ! oh !


LASTÉCOUÈRES.

Sommes-nous bien d’accord ?… La ferme, l’étang, un bout de forêt et le château… Est-ce convenu ?


MARCASSOU.

C’est convenu.


LASTÉCOUÈRES.

Je vais me rendre dans mon cabinet et je ferai un double de cet acte… nous le signerons tous les deux.


MARCASSOU.

Nous le signerons, je sais écrire.


LASTÉCOUÈRES.

Je le tiens !… à tout à l’heure, cher ami.


MARCASSOU, prenant de grands airs.

À tout à l’heure, Campistrous…


LASTÉCOUÈRES, à Bibès.

Toi, suis-moi…

Il lui fait des signes.


BIBÈS, le suivant à part.

N’aie pas peur !… je ne te quitterai pas, avant de tout savoir.


LASTÉCOUÈRES, revenant.

Ah ! j’oubliais… il vous faut aussi des domestiques, dans votre nouvelle position, c’est indispensable… Je vous donne Ginetta et son mari.


MARCASSOU, stupéfait.

Ginetta et son mari !…


LASTÉCOUÈRES.

Oui… Si vous avez besoin d’eux, ils sont là, dans le pavillon… où ils ont passé la nuit ensemble comme deux bons époux…