Page:Chivot et Duru, Les Braconniers.djvu/111

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LASTÉCOUÈRES.

Pouvez-vous le croire, cher ami ?… (A part.) Comme il se méfie ! (Haut.) Voyons maintenant, ce n’est pas tout !… il vous faut un château.


MARCASSOU.

Un château !…


BIBÈS, à part.

Un château…


LASTÉCOUÈRES.

Vous ne pouvez pas vous passer d’un château.


MARCASSOU.

Ah ! vous croyez que je ne peux pas me passer… ?


LASTÉCOUÈRES.

À cause de la famille, vous comprenez…


MARCASSOU.

Oui, oui… (A part.) Satané sournois de père Marcassou, qui ne me dit rien de tout ça…


LASTÉCOUÈRES, montrant un petit plan qu’il tire de sa poche

Tenez, en voici un, belle façade… commun, écuries… y compris le mobilier… les objets d’art… le carrosse… et les chevaux… Il vous va ?


MARCASSOU, prenant le plan et le mettant dans sa poche.

Il me va comme un gant. (Changeant de ton.) Ah ça ! dites donc… êtes-vous bien sûr, mais là, êtes-vous bien sûr que vous ne vous fichez pas de moi ?


LASTÉCOUÈRES.

Un pareil doute est injurieux et la preuve… tenez, c’est que j’ai préparé un petit projet d’acte… (Il tire un papier de sa poche.) le voici.


MARCASSOU.

Ah ! ah !