Page:Charbonneau - Fontile, 1945.djvu/79

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

ville, un journaliste que je voyais souvent, qui me rendit conscient de ce ridicule. Il voulait m’entraîner avec lui chez une des nièces de ma belle-mère, Armande Aquinault, la fille du député.

— À trente ans, Julien, tu délibères d’une sortie comme si le sort du monde en dépendait. Laisse donc de côté les raisons d’États. D’ailleurs, continua-t-il, c’est Armande qui m’a demandé de t’amener.