Page:Charbonneau - Fontile, 1945.djvu/63

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

cravate de même couleur. Il sortit à ce moment un peigne d’écaille et, cédant à une habitude plus forte que son désir de ne pas nous déplaire, il replaça ses cheveux. Il avait des yeux gris, très mobiles, et, entre deux phrases, il écartait les lèvres et les figeait dans un sourire affecté. Il évoqua de poussiéreux souvenirs de collège et nous fit rire en imitant avec un ridicule parfait le ton et les simagrées du recteur aux lectures de notes.

Daniel partit le premier.

— Je suis heureux que nous puissions rester seuls quelques minutes, dit Mareux. J’aime bien Daniel, aussi…, continua-t-il. Mais c’est à toi que je voulais parler.

Il me regarda longuement.

— As-tu revu Antoine ? me demanda-t-il brusquement.

— Je ne l’ai jamais beaucoup vu. Nous nous étions brouillés au collège.

— Je me rappelle un conseil que tu m’avais donné à son sujet : « Antoine n’est pas un ami pour nous », m’avais-tu dit.