Page:Charbonneau - Fontile, 1945.djvu/203

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
201
FONTILE

rêts, ses passions, ses petitesses et aussi ses grandeurs, et dans une de ces maisons que la distance m’empêchait de distinguer, la femme que j’aimais dormait de son dernier sommeil.


FIN