Page:Charbonneau - Fontile, 1945.djvu/196

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

— Mais, dit Vaillant, il ne peut rien sans les Berthomieu ; j’ai entendu dire que ton père détient plusieurs de leurs billets. Tout n’est pas perdu.

Décidé à me retirer, et fouetté par la trahison de Chamel, je me voyais menant la lutte avec plus d’énergie que je ne l’avais fait jusque-là, ayant une invincible répugnance à me mettre en vedette.