Page:Charbonneau - Fontile, 1945.djvu/161

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE XVIII


Je devais, ce soir-là, dîner en ville avec Armande, dans un restaurant que nous avions découvert ensemble et où, par une sorte d’entente tacite, nous n’allions jamais l’un sans l’autre.

— J’y suis venue cette semaine, me dit-elle, dès les premiers mots.

« Que s’est-il passé depuis notre dernière rencontre », pensai-je. Je fis mine de n’avoir rien entendu, espérant que ma compagne ne tarderait pas à me révéler son intention.

Elle portait un chapeau noir, genre amazone, garni d’une résille qui voilait le haut du visage, un justaucorps pastel lamé et une jupe sombre.

À table, elle garda un moment le silence, puis :

— Je n’aurais pas dû venir ce soir.

— Mais pourquoi. Êtes-vous souffrante ?

— Ce n’est pas cela.

Elle me regardait d’un air de reproche.