Page:Charbonneau - Fontile, 1945.djvu/153

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

âme — je ne vois pas d’autre mot pour exprimer cet échange incompréhensible — fit un pacte avec le Christ. Et il fut accepté. À ce moment, j’ignorais ce que ma part comportait ; tous les jours maintenant, je le découvre avec effroi.

Je fus allégé si subitement que je ressentis bientôt un malaise de ne plus retrouver cet état qui avait été le mien depuis toujours. Je me demandais si je n’avais pas renoncé à une grâce. Mais à une joie inconnue qui m’envahissait, je reconnaissais que je n’avais pas été trompé.