Page:Chantreau - Dictionnaire national et anecdotique - 1790.djvu/28

Cette page a été validée par deux contributeurs.

assemblée est légale ; les premieres se formerent au son du tocsin, & les subséquentes au con de la caisse.

Assemblée nationale : c’est sous cette dénomination que les représentans de la nation ont décrété qu’ils seroient désignés, lorsqu’il fut décidé qu’entre eux il n’y auroit plus d’ordre. C’est de cette auguste assemblée que dépendent nos destinées ; les générations futures trouveront leur bonheur dans ses invariables décrets, comme nous trouvons le nôtre dans la célérité de ses opérations. Voyez États généraux.

Assemblée de la Commune ; c’est ainsi qu’on désigne les députés des districts, à l’hôtel de ville, réunis en corps ou assemblés. Voyez Municipalité.

Nous devons sans doute la majeure partie de notre bien-être à l’assemblée de la commune de Paris ; elle s’est distinguée dans cette révolution par son civisme, (Voy ce mot) par son amour pour la liberté, par son zele infatigable à pourvoir à nos subsistances, par sa sagacité dans ses recherches sur les auteurs des complots, & par tous les soins que des freres doivent à des freres. On peut assurer enfin qu’ils ne respirent que pour notre bien. Sur-tout frere V…, frere F…, Frere Des…, Frere M…, &c. &c.

Assemblée des districts : elles est générale ou particuliere[1].

  1. Je préviens que dans cet article il y aura