Page:Chantreau - Dictionnaire national et anecdotique - 1790.djvu/154

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

régime & la constitution vous vont faire voir ce qu’il doit être, ce qu’il faut qu’il soit… Il sera le Trésor national, cette caisse générale où l’on versera fidélement un impôt réparti avec justice & égalité, perçu avec loyauté, & employé avec discernement.

Hommes aux talons de couleur, filles aux chars dorés, vous irez porter vos bons ailleurs ; ce n’est plus à cette caisse qu’on soldera les mémoires de vos maître-d’hôtel, ou de vos marchandes de modes.

TRIBUNES OU GALERIES de la salle de l’assemblée nationale : elles sont destinées pour le public qui est admis à assister aux séances des représentans de la nation, qui désireroient que le local pût contenir toute la nation elle-même ; car la non-publicité qui a été votée par quelques membres, a été rejettée avec indignation, sur-tout par ce côté loyal qui ne crie jamais au blasphême lorsqu’on n’est point de son avis.

Il y a trois tribunes, ou la tribune est divisée en trois partie : l’une est destinée pour les seuls suppléans[1], il en est une autre où l’on est placé par billets, & une troisieme où l’on se place à force de bras. Dans l’une ou l’autre de ces tribunes il faut observer le plus grand silence, ne point se permettre d’applaudissemens, &

  1. Voyez ce mot.